COMPLÉTER LE MONDE

La guerre civile espagnole a interrompu la Renaissance basque en 1936, mais celle-ci est réapparue en force dans les années 1960, par le biais d’une grande avancée durant la seconde moitié du siècle pour la culture, la langue unifiée, l’enseignement, la création de moyens de communication…

Ces dernières années, la langue basque a perdu des territoires et des fonctions (notamment au Pays Basque Nord) mais en a aussi gagné (surtout au Pays Basque Sud). D’autre part, elle est devenue urbaine : aujourd’hui, pour la première fois, la plupart des bascophones vivent en ville.

Les bascophones sont tout de même toujours en minorité : la transmission familiale est difficile, et au Pays Basque Nord, la langue n’est pas officielle. Mais si elle l’est au Pays Basque péninsulaire, le castillan reste une langue beaucoup plus forte.

La langue basque a survécu jusqu’au XXIe siècle, mais dorénavant elle connaît de nouveaux enjeux, de nouvelles interrogations, et devra y répondre comme elle l’a fait jusqu’à présent, si elle veut continuer à exister.


  • IRIGARAI-SYNK-04
  • sarasua-1020x573
  • amaia-aire-1020x573
  • iratxe2-1020x573
  • IRIGARAI-SYNK-04
  • IRIGARAI-SYNK-04
  • sarasua-1020x573
  • amaia-aire-1020x573
  • iratxe2-1020x573
  • IRIGARAI-SYNK-04
  • sarasua-1020x573
  • amaia-aire-1020x573
  • iratxe2-1020x573
  • IRIGARAI-SYNK-04
  • sarasua-1020x573
  • amaia-aire-1020x573
  • iratxe2-1020x573
  • sarasua
  • amaia aire
  • iratxe2


Intervenants :

Jose Angel Irigaray : écrivain et acteur culturel
Jon Sarasua : enseignant et acteur culturel
Amaia Aire : enseignante et chanteuse
Iratxe Esnaola : ingénieure en informatique et membre de l’association PuntuEus

Musique :
Ruper Ordorika, Ibon Rodriguez, Ibon Agirre.